Accueil / Clinique Spatiale

LA CLINIQUE SPATIALE

Implantée au sein du CHU de Toulouse, la Clinique Spatiale bénéficie de plus de 20 ans d’expérience dans la coordination et la réalisation d’études cliniques. Une équipe spécialisée accompagne les investigateurs à toutes les étapes des projets en recherche clinique dans une infrastructure parfaitement adaptée, à la pointe de l’innovation.

Ca se passe en ce moment !Nouvelle étude de simulation de l'impesanteur à la Clinique Spatiale !

Ils restent 60 jours alités pour la science !

 

Pour les besoins de la recherche médicale spatiale, 10 volontaires hommes sont venus vivre une expérience hors du commun dans les locaux de la Clinique Spatiale de MEDES : simuler et étudier les effets de l’impesanteur sur le corps humain !

Cette étude, baptisée "Cocktail" et dont les promoteurs sont le CNES et l'ESA, dure 3 mois (dont 60 jours alités) et a démarré mi-janvier.

L'objectif de l'étude est de tester dans des conditions similaires aux vols habités dans l’espace une méthode de prévention destinée a atténuer les effets indésirables de l’impesanteur sur le corps humain et préparer les astronautes à leur retour sur Terre.

Cette méthode est un complément alimentaire  antioxydant et anti-inflammatoire (mélange d’extraits naturels polyphénoliques de plantes alimentaires) que les volontaires devront prendre plusieurs fois par jour sous forme de gélules. La moitié des volontaires prend le complément alimentaire et l'autre moitié sert de groupe contrôle et ne prend donc pas le cocktail de gélules.

16 équipes scientifiques européennes participent à l'expérience et s'intéressent aux modifications induites par l'alitement et les effets de la méthode de prévention testée sur les domaines suivants :  le métabolisme, le système cardiovasculaire, le muscle, l'os, l'immunologie, le système neurosensoriel ou encore le sommeil.

L'étude dure 3 mois et se déroule en 3 phases :

  • 15 jours de mesures en amont de l’alitement sur chacun des volontaires
  • 2 mois d’alitement anti-orthostatique à -6° (la tête plus basse que les pieds)
  • 15 jours de récupération lors desquels de nouvelles mesures sont effectuées post alitement et permettent d'étudier les effets de l'alitement et de la contre-mesure sur l'organisme par comparaison avec les mesures faites avant l'alitement

Si ces recherches sont très utiles pour faire avancer la recherche spatiale, elles trouvent également un intérêt pour la médecine sur Terre. En effet, ces longues périodes d’immobilisation sans activité physique chez des sujets sains permettent aux scientifiques une meilleure compréhension de certaines maladies telles que l’obésité, le diabète ou encore l’ostéoporose.

 

Pourquoi un alitement à -6° ?

Après plusieurs décennies de pratique, il a été déterminé que cette inclinaison de -6° (pieds légèrement au-dessus de la tête) correspondait à ce que vit le corps d’un astronaute en situation d’impesanteur. Cette position induit en effet une migration des liquides de l’organisme vers la partie supérieure du corps, comme on l’observe dans l’espace. Cela permet de simuler l’impesanteur tout en gardant les pieds (presque) sur Terre !

 

En savoir plus :

MEDES, une clinique spatiale en France

Faire avancer le spatial en gardant les pieds sur Terre

L'immersion sèche, une autre méthode de simulation de l'impesanteur

Film MEDES