Projet ASTERLa surveillance épidémiologique pour l’armée française

Réaliser un système de surveillance des épidémies en temps réel qui prenne en compte les facteurs médicaux, environnementaux, techniques et organisationnels des forces armées déployées (OPEX).

Lieu de réalisation :

  • la Guyane (depuis 2004)
  • Djibouti (depuis 2006)

Partenaires : CMU et DIASS de Guyane, IMTSSA (DESP), MEDES (Partenaire technique en charge de la réalisation du logiciel de surveillance), IPG, DIASS de Djibouti, Hôpital Bouffard.

 

Buts du projet :

  • Connaître en permanence la composition des populations exposées 
  • Etre syndromique afin de répondre aux besoins d’alerte précoce ;
  • Etre géoréférencé pour permettre de cartographier les risques ;
  • Etre mobile et utilisable dans des conditions extrêmes (ex : expéditions en forêt équatoriale)
  • Couvrir et coordonner de nombreux personnels géographiquement distants
  • Surveiller simultanément plusieurs maladies à potentiel épidémique ;
  • Tester différents modes de transmission électronique ;
  • Organiser la circulation des informations épidémiologiques ;
  • Déterminer les contraintes et les limites d’utilisation des différents matériels ;
  • Offrir, malgré toutes ces exigences, des capacités d’alerte précoce en temps réel.

 

La réalisation :

  • Conception d’un système mobile de recueil et de transmission des données de surveillance.
  • Système de détection en temps réel avec 3 niveaux d’alerte.
  • 5 unités impliquées en Guyane et 5 à Djibouti, 6000 militaires suivis sur les 2 théâtres.

 

Conclusions :

  • Le prototype répond aux besoins.
  • Au cours de l’expérience, il a permis de repérer des épidémies de dengue et de paludisme avec plusieurs semaines d’avance sur le civil.
  • Le système permet un gain de temps considérable (déclaration des cas traités dans l’heure ou le jour même en comparaison au délai d’une semaine dans le cadre traditionnel)
  • Nombreuses publications scientifiques dont une thèse de science
  • Opération financée par l’OTAN dans un cadre inter alliés (France, Etats-Unis, Allemagne, Pologne) pour un démonstrateur au Kosovo fin 2008

 

MEDES a fourni la solution technique pour soutenir la surveillance épidémiologique. Une des spécificités du système conçu par l'armée française est de permettre la surveillance syndromique. Ce projet a été choisi par l'OTAN comme un outil de référence pour la détection précoce et l'alerte pour la surveillance épidémiologique.